17 décembre 2013

Voeux !

Tous mes vœux pour d'excellentes Fêtes de fin d’année et pour une superbe année 2014 !!!



Il a fait un temps magnifique aujourd’hui et nous avons bossé toute la journée pour finir le meuble que j’ai hérité de mon grand-papa. Il avait été démonté (le meuble), décapé, poncé, traité à un mélange d’huile de teck, térébenthine et brou de noix, et maintenant il est remonté dans notre salon. Il a de la gueule ! il ne reste plus qu’à traiter à la cire et il sera fini.

Mais ça je le ferai plus tard.
Parce que ça sent fort.
Et qu’on vient de mettre en route un diffuseur de phéromones en vue de l’arrivée demain d’une nouvelle membre de la maisonnée.

Davantage dans mon prochain post.



O.

15 décembre 2013

Tourner en rond


Pas beaucoup de messages ces derniers temps.
Pas la pêche, moi.
Peut-être la lumière qui diminue, le froid qui s’installe.

Depuis plusieurs mois, une profonde insatisfaction qui m’empêche de dessiner. Je me dirige vers mon atelier, m’installe à ma planche à dessin et puis… je réponds à des messages mail, je range, je regarde un clip sur internet, je fais du classement, je cherche des recettes pour le repas de St-Nicolas, je répare un bijou, je… dévie.

Et quand enfin je dessine, c’est chouette. Envie de continuer toute la nuit. Mais le lendemain, je travaille, alors il faut se coucher avant minuit.

Le nombre de soirs où je me couche fâchée de ne rien avoir dessiné s’empilent et me pèsent de plus en plus. Mais rien à faire. C’est insupportable. Le même processus se reproduit.

Pourtant les Croquettes 8 sont en chantier. Moitié de la page 2. J’ai honte de penser à quand date la première case !

Je suis en train de finir les couleurs de ma carte de vœux. Au moins quelque chose qui sort de mes pinceaux.
Détail du croquis :


Bientôt la carte. J’espère.


O.

30 septembre 2013

Exmoor

Voilà, fini deuxième Steampunkette, qui me plaît moins que la première.
Je laisse reposer et j’y reviendrai plus tard. Peut-être des choses à améliorer.

En attendant, petit dessin d’un cheval Exmoor, aux traits étonnamment primitifs. Grosse encolure, petits yeux et oreilles… La race me fait penser aux tarpans qu’on a vus en Lettonie, en beaucoup plus massifs. 
Histoire de me refaire la main au crayon après quelques semaines de pinceau.



L’automne est là, avec ses couleurs. Comme devant les fleurs de l’été, je peux me perdre dans l’orange du feuillage d’un vinaigrier. Je bois les couleurs par les yeux. L’autre jour un lever de soleil entre des nuages noirs violets d’orage, avec des rayons frappant le vert du sol et des fulgurances de ciel bleu-vert. Je me suis arrêtée sur le bord de la route pour essayer d’enregistrer ça dans mes neurones, même si je n’étais – comme d’habitude – pas en avance au bureau.

Je reviens aux Croquettes laissées en plan.



O.

30 août 2013

Steampunkette 1

C’est parti d’un croquis rapide sur un carton A4.



Et puis je me suis dit… Habillons-la à la mode steampunk.
J’aime bien la mode steampunk. C’est plein de détails et très valorisant « fémininement » si vous voyez ce que je veux dire.
Rien à voir avec la princesse Leia en esclave ou Red Sonja, mais très suggestif et avec de belles matières comme le cuir et la soie.

Bref. C’est parti de là. Un jeu de poupée à vêtir.

J’en ai fait une. Sur papier calque.



Puis une deuxième.



Et je mets en couleurs sur du papier cartonné. Taille A3.

Le décor est inspiré d'une photo de Serge Maheu. Allez voir son site, il y a de très très belles images !

Et là c’est devenu très intéressant pour moi, parce que je suis partie dans des couleurs que je n’utilise pas habituellement. Moi, j’aime les couleurs chaudes, les contrastes comme des vitraux et la sienne terre brûlée mélangée à l’ocre. Alors qu’ici, il s’agit de couleurs froides. Très sympa à faire.

Bon, j’ai pas encore signé.
Mais comme d’hab, je laisse reposer et je reprendrai.

Les Croquettes attendent dessous.



O.

14 août 2013

Divers estivaux - carte ancienne

Il fait froid le matin et on ne peut plus rester discuter tranquille dehors le soir sans moufles et grosses chaussettes... C'est déjà fini la chaleur de l'été ? Je me suis même payée un petit blues hors saison. Je me persuade pourtant que l'anticyclone des Bermudes ou le Gulf Icecream va encore nous amener quelques beaux jours !

Au potager, les courges gonflent, de toutes les couleurs et de toutes les formes. Grande année cucurbitacée. Non, on ne parlera pas des tomates (quelles tomates ?).

Je travaille aux nouvelles Croquettes, qui ont été interrompues par une envie subite de dessin en couleurs de format moyen (A3), avec un sujet  tout à fait inhabituel. Davantage quand j'arriverai au bout.

Pour vous faire patienter, une vieille carte sur laquelle je suis retombée (2009). Un clin d'oeil à un auteur que j'adore et qui ferait bien de bosser à son prochain album.


Va falloir que je pense déjà à ma carte de fin d'année ?!?


O.




29 juillet 2013

BDFil Expo2012

En 2012, le festival BDFil de Lausanne m'avait demandé de participer à leur exposition collective, qui cette année-là avait comme sujet "La Cuisine". Un chouette catalogue était sorti pour l'occasion, d'ailleurs.
Et je me rends compte que je n'avais jamais montré sur mon blog ce que ça avait donné, donc voici.

Chaque auteur devait interpréter une partie de la cuisine : frigo, évier, cuisinière, etc. Moi je m'occupais du tiroir à épices.
Ce qui m'a fait partir sur les piments. Naga jolokia est un des piments les plus forts du monde. Il existe, sur le net, quelques vidéos édifiantes d'inconscients qui s'y sont frottés. Avant de vous lancer dans ce genre d'expérience, rappelez-vous que le piment gagne toujours. Si ce n'est le jour même, du moins le lendemain.

Sur place, ça donnait ça, un tiroir au fond rempli de piments séchés (on a versé les sachets le visage masqué par un linge, sinon impossible de tenir, le nez, la bouche, les yeux et les poumons qui se mettaient à brûler !), avec un alignement de flacons de piment moulu avec des étiquettes aux noms des divers piments et entre les flacons, les cases surélevées collées sur du balsa. sur l'avant du tiroir se trouvait l'échelle de Scoville, qui sert à mesurer la violence des différents piments.


Et la bande dessinée en entier :


Non, je ne serai pas invitée cette année, il faut que je sorte quelque chose de nouveau, d'abord :o/
D'ailleurs, vais continuer ma Croquette, là, tiens.

Ah, et pour ceux qui se posaient la question : Nākamā pietura c'est ce que nous entendions toujours dans les bus et trams qu'on prenait à Riga et ça signifie : prochain arrêt. Quant à savoir quel mot est "prochain" et lequel est "arrêt", je n'ai pas encore vérifié ;o)


O.


24 juillet 2013

Nākamā pietura Latvija 5 (SUITE et FIN))

Voilà, voilà, le dernier épisode.

En plus, j'ai fini un boulot pour des potes libraires (dont je ne suis pas à 100% satisfaite parce que j'ai mis une sal*rie de vernis neuf à la fin qui a fait virer les couleurs au jaune) et je vais dégager mon bureau d'atelier pour ... une Croquette.

Ca va chier.






O.

20 juillet 2013

Nākamā pietura Latvija 4 (SUITE)



Et hop, on continue le voyage !
Les premiers chevaux sauvages ! Des émotions...

Je suis en train de coller les photos de Philippe sur les pages en face de mes dessins. Ça va être cool pour ceux qui vont avoir le carnet en main ;o)




O.


16 juillet 2013

Nākamā pietura Latvija 3 (SUITE)

Voilà. On a la voiture, on a quitté Riga et on commence à sérieusement se mettre en mode "exploration". Surtout qu'on se rend compte qu'en dehors des quelques bourgs et villages, le Vidzeme, la région où on se trouve, au nord  (et toute la campagne lettonienne, en fait), est couverte de
1. forêts
2. lacs et étangs
3. marais et tourbières
4. champs, parfois cultivés, mais selon Edgars, il peut y avoir jusqu'à 30 % de champs anciens qui ont été abandonnés.



O.

14 juillet 2013

13 juillet 2013

Nākamā pietura Latvija

On est de retour de vacances en Lettonie.
Presque 3 semaines à parcourir ce pays magnifique et très dépaysant. 

Nous avons rencontré des lettons formidables, les paysages et la nature sont sauvages dès qu'on sort des (rares) zones citadines et on est confrontés par endroits à la dure réalité des reliquats post-soviétiques.

Mais place à mon carnet de voyage, avec des notes prises sur le vif.

Une vingtaine de pages en tout. Je vais vous mettre ça par épisodes. La première page est un peu une "prise en main" du nouveau format (A4) et du papier inhabituel.

Comme d'hab, le mieux est : clic droit sur l'image, ouvrir dans une nouvelle fenêtre, cliquer sur le dessin pour agrandir...










La suite arrive.


O.

18 juin 2013

Vacances

Une petite image pour patienter jusqu’à mon retour.



Il y a des bloggeurs qui laissent de belles nénettes plus ou moins dévêtues derrière eux pour faire baver pendant leur absence, moi je laisse un visage androgyne qui rêve. Allez comprendre.

Peut-être que j’espère qu’il y a quand même des femmes qui surfent par ci par là, même sur des sites avec des sujets aussi peu (apparemment) féminins que ceux parlant de bd et de dessin bd.

De bd non-girly, je précise.

Car Maliki et Laurel, que j’apprécie, ont tout à fait leurs suiveuses (il me semble).

Donc :
Je pars explorer la Lettonie, qui va être en plein célébration(s) du solstice. Riga, tarpans, aurochs, plein de paysages inhabituels, des anciens ports soviétiques, une langue étrange, des coutumes presque animistes, etc etc.

Sac à dos et guide sous le bras, je pars avec mon homme à la découverte d’un pays où on chasse les loups ( !). Il paraît qu’il y en a quelques centaines qui parcourent les campagnes.
Si on a de la chance, on va en croiser et je pourrai vous ramener des croquis sans être croquée.


A bientôt !

O.

16 juin 2013

Page 18 - ROUGE

Sa Majesté rêve. Revit son passé. Son enfance.
Et souffre à nouveau.
L’empreinte de son enfance marque l’adulte qu’il est devenu.
Il revit son enfance et comprend.



J’essaierai de publier encore un post avant de partir en vacances.
On part en Lettonie.
Et je prends un nouveau carnet de voyage. J’espère vous ramener plein d’images de ce pays du nord où la nuit, en ce moment, existe à peine.



O.

4 juin 2013

Tempête et TMI


Un petit boulot de coloriage pour un type avec qui j’avais déjà travaillé un peu il y a 2 ans. Plein de bonnes idées et d’enthousiasme. Max von Vier est son nom et voici son site. Il s'agit d'illustrations pour un projet de film.
Ce genre de boulot me permet aussi de garder une certaine fluidité dans la mise en couleurs à l’ordinateur. On ne sait jamais ;o)

 

 



Je continue à mettre en couleurs la scène de rêve de SaMajesté. Fond rouge sang.
Très sympa de faire des effets de contrastes et de textures. Je me réjouis de vous montrer.
Et ça n’a absolument rien à voir avec de la mise en couleurs à l’ordi ! ;o)

Et  pendant ce temps, le vent hurle dehors.
Il paraîtrait qu’on serait presque en été…


O.

16 mai 2013

Gribouille de printemps


Quel temps pourri de nouveau aujourd'hui !
Il y a tant à faire qu'on bosse comme des dingues au jardin dès qu'il fait sec. Donc pas de dessin.
Et le lendemain, quand il pleut et que je peux aller à l'atelier, je suis tellement vidée que rien ne sort.

Alleye, me secoue, vais pas me laisser faire par une tite fatigue de rien du touzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz



O.

30 avril 2013

Re-crayonné page 18 d'Ishum


Pfouh, il y a des pages qui ne sont pas simples.
Le 10 octobre 2012, j’ai posté une première version de cette page. Entre-temps  j’avais décidé de déplacer la case en haut à 2 pages plus loin et de compléter par d’autres scènes oniriques. Oui, c’est SaMajesté qui cauchemarde.





Donc j’ai retravaillé, refait des détails (c’est ça aussi qui est bien quand on revient à un dessin après un certain temps : non seulement on voit mieux les défauts, mais en plus on a le courage et l’énergie pour modifier) et pas mal bidouillé à l’ordinateur.

Je vais en commencer la mise en couleurs et d’abord : passer toute la page (en épargnant les lignes noires), à la peinture rouge. Oui bien sûr que j’aurais pu directement imprimer sur un papier rouge.
Mais
C’est pas la même chose.
Je trouve.
En passant une couleur uniforme sur le fond, puis en rajoutant par-dessus d’autres couleurs, ça… vibre ( ?) pas de la même façon que si je bossais sur un papier rouge. Je ne le ressens pas pareil.

Et pendant que ça séchera, je scannerai le crayonné de la page 19 pour le mettre sur le blog.


O.

26 avril 2013

Coup de sac et autres helvétitudes

Clic droit sur l'image et ouvrir dans une nouvelle fenêtre, c'est mieux pour lire ;o)








O.

20 avril 2013

Ishum page 17


Whaah, ça fait un sacré bail que je n’avais pas posté d’Ishum, dites !
Je ne pense pas que vous ayez pu enregistrer l’histoire,depuis le temps :o/



Bon, je vais faire quelques pages, histoire d’avoir une petite continuité. Et puis, c’est chouette de tous les retrouver.  Je note que ce n’est pas dans mes habitudes de passer d’un lieu à l’autre comme ça, en pleine page. Normalement, une scène se termine à la fin et me permet de transiter à un autre lieu à la page suivante. Là, c’est comme ça. Un bref intermède avec les gladiazones nécessaire.

Je pause la suite des histoires du chat pour quelque temps.

Ce matin, dehors, un paysage blanc de neige. Etonnant. Et quel froid ! Pourtant demain on va repiquer les semis intérieurs. Fleurs et légumes. Puis les mettre dehors, à l’abri dans une tente. Mangé des épinards à la crème (de soja), ce soir. Frais de la couche froide. Un délice.

Le temps passe, la nuit tombe. Les jours s’égrènent comme des perles plus ou moins colorées, plus ou moins remarquables, en un collier qui forme ma vie. Le printemps me rend contemplative devant la nature qui s’éveille malgré les conditions météo. Beauté des hyacinthes violet profond côtoyant les scillas bleu ciel. Pendant les premières périodes de chaleur, mon corps se durcit au boulot physique au jardin et perd un peu de ses molletons amassés durant l’hibernation. Douloureuses courbatures. On est encore loin des siestes bienheureuses au soleil.


O.

6 avril 2013

Les 7èmes Croquettes

Voilà.

La 7ème Croquette est là.
(Mise à jour : voici les 3 premières pages de l'histoire, la quatrième sera dans l'album qui est en cours de financement sur le site Sandawe sous Projets Libres)

 

 

 
 

Et j’ai décidé de ranger mon atelier. Ca doit être l'effet-printemps. Mais surtout quand je finis quelque chose, j'ai plein de documents et de croquis dont je n'aurai plus besoin qui traînent partout, alors c'est une bonne occasion de faire un peu de place.

Philippe a failli tomber de sa chaise quand je l’ai annoncé. Il a failli aller chercher un râteau et une pelle, je l'ai bien lu dans ses yeux.

Je retrouve plein de choses. D’adresses email de gens qu’il fallait absolument que je contacte en rapport avec le cahier auto-édité. Ben ça n’urge plus, il n’y en a plus à vendre ;o/

Quand j’aurai fini, j’aurai le choix :
-          Faire une peinture à l’huile grand format (j’ai déjà une idée, les doigts me démangent)
-          Me lancer dans la prochaine histoire de croquettes (j’ai encore des histories, yapluka)
-          Faire 1-2 pages d’Ishum (ça me changerait de faire un peu de couleurs !)

J’ai encore le temps d’y penser, l’atelier est loin d’être rangé.
Ohlala. J'arrive à la strate Noël, là.


O.

27 mars 2013

Croquis de Pâques


Encore quelques croquis/recherches pour l'avant-dernière case.



 

Cet après-midi, j’ai fait une quinzaine de lapins en brioche à l’orange pour faire la surprise au boulot. Dingue, déjà Pâques ! Je descends donc voir le printemps dans le sud de la France ce weekend. Oui c’est bon, les chats auront à manger pendant notre absence ;o)

J’en suis aux deux dernières cases. Je mettrai le tout après Pâques sur le blog, comme ça je regarderai encore une fois à mon retour avec un œil neuf (c’est jamais fini).

Mangez pas trop de chocolat et à la semaine prochaine !

 

 

O.

24 mars 2013

Dalles de printemps


Quelques recherches pour des cases.





Ben oui… les images ne viennent pas toutes seules toutes cuites au bout du crayon. Enfin pas toujours.
Et une fois trouvé le bon cadrage, le bon axe, je décide d’où vient la lumière, si elle est diffuse, etc.

Bref.

Il reste 3 cases et j’aurai fini cette histoire. Je vous mettrai les pages avec le texte.
J’espère avant Pâques, parce que je serai absente quelques jours. Ce qui me fait souci, c’est qu’on n’a pas encore trouvé de catsitter pour nos 2 chats...

Hier première journée passée à bosser dehors. On a déplacé des grosses dalles en béton « maison », sans doute coulées sur du gravier, pour me faire un passage à l’arrière de la maison jusqu’à l’escalier qui va à mon atelier. Des dalles de 30-40 kg pièce (au moins !). J’ai des courbatures à des muscles dont j’ignorais l’existence jusqu’ici. Mais je peux aller à mon atelier en pantoufles même quand il pleut, maintenant ! C’est juste GENIAL !
Argh j’espère que demain j’aurai une démarche moins « pingouin heureux, mais plâtré ».



O.

14 mars 2013

C'est quand l'été ?


Précroquis pour une case de la page 4.



Giboulées. Après un peu de douceur, retour du froid. Qui ne fait que désirer davantage le retour du printemps. Bon sang, il fait -4°, là !

Un peu de fatigue de fin d’hiver, aussi. Une fois que je me mets au boulot, c’est un vrai plaisir ! Les images se créent sous mon crayon. Il n’y avait rien sur le papier et ensuite il y a quelque chose. Juste que souvent, ces derniers jours, je traîne, je me retrouve à regarder des trucs débiles sur Koreus ou autre et voilà une heure qui est passée comme une flèche alors que j’aurais pu créer. Ou après quelques traits, voici le temps de devoir préparer à manger, ou le facteur sonne, ou ah, qu’importe ! Chaque interruption n’est pas seulement le petit moment où je dois faire autre chose, mais demande aussi de nouveau un « élan » pour me remettre au dessin.

Bref. Je me couche souvent insatisfaite. Surtout les 4 soirs par semaine où je dois me lever tôt pour aller au boulot le lendemain. Encore une interruption.

Et j’ai envie d’être avec mon homme, et j’ai de la chance d’avoir un boulot où il y a une bonne ambiance, et je suis contente de participer à la vie du village… Mais parfois j’ai juste le désir de m’enterrer dans ma grotte-atelier et de ne voir personne. C'est pô juste.

Ah et quelques superbes observations en allant au travail, le matin : une hermine encore imprégnée du blanc de la neige. Un ruban immaculé qui s’envole au vent, sauf qu’il n’y a pas de vent. Jamais immobile, d’une vivacité fulgurante.

Avant d’habiter ici, je n’en avais jamais vue et là j’ai plusieurs observations par année.

Des croquis de tête :


Et ça, c’est cool !
 

O.