31 décembre 2015

Mes voeux pour 2016

Dernier jour de 2015.
Enfin.

Je ne peux pas dire que ce fut une belle année. 
Ca a commencé en janvier avec le choc Charlie, puis des morts familiales (juste il y a deux semaines pour bien finir), et animales (Zib). Des mauvaises nouvelles de santé - mais ça ne va pas si mal, on s'habitue. Non, globalement, franchement, j'ai vécu mieux.

Donc c'est bien qu'on ait ce système de comptage de 365 jours. Un cycle se termine et un nouveau commence. On peut espérer qu'il soit mieux.




Le projet Croquettes chez Sandawe avance, mais très lentement. Il sera à cheval entre 2015 et 2016. J'essaie toujours de contacter le maximum de gens, sur internet dans la "vraie vie". Faites passer le message. Participez si vous aimez les dessins ! Vous aurez le plaisir d'avoir l'album et les contreparties que vous aurez acquises. C'est une grande aventure.


Je vous souhaite une année 2016 rayonnante de bonheur !

O.


PS : comme toujours, pour voir la carte en grand, cliquer à droite dessus, puis ouvrez dans une nouvelle fenêtre. En cliquant à gauche dessus, vous pouvez agrandir.

18 décembre 2015

Inuit aux loutres

J'ai retrouvé un dessin de 2013, il me semble que je ne l'avais pas mis sur le blog. Il fait partie de plusieurs dessins d'inspiration améridienne que j'avais faits. En ces temps de pseudo-hiver (fait froid mais pas trop, surtout pas pour un 18 décembre !), je me dis que c'est de saison.




Et je retourne au noir-blanc, à ma carte de voeux !


O.

PS N'oubliez pas mon projet Croquettes !

17 décembre 2015

Carte de fin d'année

Evidemment, ce sera une carte teintée Croquettes.

Les croquis préparatoires :




A part ça, hé bien le projet avance. 22 %, 55 investisseurs.Merci à eux ! Pour publier l'album, j'ai besoin de votre participation !

J'ai été poser des flyers au refuge de Ste-Catherine au-dessus de Lausanne. Ils sont très gentils et serviables. Pensez aux animaux à adopter, ils ont besoin de vous. Moi je n'ai même pas été voir ceux qui étaient là : je serais rentrée avec un chat ou un chien de plus... 2 chats et une chienne, ça suffit pourtant à mettre de la joie et à animer la maison ;o)
Et à m'inspirer pour les Croquettes :o)


O.

PS. Je continue à visiter les forums que je découvre. Wamiz, Petites Bêtes du Net ...

8 décembre 2015

Gribouille et Dessin Portfolio au cheval

Rholala... déjà décembre.
Je dois penser à faire le dessin pour mes cartes de fin d'année !
Comment faire un dessin joyeux en noir et blanc ?



Et pendant ce temps-là, mon projet chez Sandawe avance gentiment. 20 % du budget atteint. 50 personnes qui participent ! J'essaie de m'imaginer 50 personnes devant moi qui aiment ce que je fais au point d'investir. Wow.
A partir de maintenant, on va dépasser le nombre de gens qui ont acquis, en 2012, le premier cahier autoédité des Croquettes. Les précurseurs qui possèdent un objet unique et qui m'ont donné l'impulsion de me lancer dans ce projet fou chez Sandawe. Merci à eux aussi.

Je viens de finir un dessin qui sera sans doute destiné au portfolio. C'est une référence directe à la 6ème histoire des Croquettes. Cette histoire sera placée sur le site Sandawe le mois prochain (ou alors avant si on atteint les 50 % avant ;o).




O.

3 décembre 2015

Portfolio Croquettes dans la Nuit

Je bosse au projet Sandawe autant que je peux.

Après quelques jours à prospecter sur le net et dans le vrai monde ;o) (je ne savais pas qu'il y avait autant de librairies à Lausanne), c'est un plaisir de revenir au dessin.

Quelques croquis de recherches pour un des dessins du portfolio.



Le dessin se réfère à la 5ème histoire des Croquettes. Que je vais sans doute mettre sur le blog en janvier.

Bientôt 20 % du budget atteints... Allez voir ! Participez ! Parlez-en autour de vous !
Ce sera un bel album !


O.

27 novembre 2015

Félins

Croquis rapides de chats et de gros chat.

Ah j'aimerais bien en voir un dans la nature, un jour ! Il paraît qu'il y a du lynx dans notre région. Mais c'est un animal tellement discret !

J'en avais fait pas mal, des dessins de lynx, quand j'étais monitrice de camps WWF. Avec le bison, c'est une super bestiole à dessiner, je trouvais.

C'est vrai, le cheval aussi, c'est sympa à dessiner... Mais quand je dessine un bison, j'ai toujours à l'esprit les peintures rupestres. C'est puissant, de dessiner un bison.
Mais comme ça, de tête, j'ai de la peine. Faudrait que je fasse quelques croquis d'après photo ou que j'aille en voir dans le Jura ou vers Avenches, où il y a quelques troupeaux en semi-liberté. Juste histoire de me remettre les traits dans la tête pour que ça passe correctement via le crayon sur le papier.



Bon. C'était ma petite pause hors Croquettes dans la Nuit.
Je vous rappelle que mon projet a besoin de votre aide pour aboutir. On en est à 18 % du budget nécessaire à la publication. Il y a encore pas mal de goodies (affiches, portfolio, dessins originaux, etc.) qui vous attendent.
Et on est bientôt en décembre, et il y aura une nouvelle histoire de Croquettes sur le blog de Sandawe.
Merci d'avance pour votre participation !


O.


22 novembre 2015

Mon atelier...

Petite image de ma table de travail où je dessine.

Ouais je sais. Je dois ranger un de ces jours. 


Comme vous le voyez, il y a une page des Croquettes 11 en cours. 

Je passe beaucoup de temps à prospecter sur le net, à aller sur les forums de bandes dessinées ou d'amoureux des animaux. Je ne saurais donner une moyenne (2-3 heures par jour ?), mais aujourd'hui, par exemple, je n'ai pas pu avancer mon dessin. Trouver des gens intéressés à participer à mon projet d'album Croquettes dans la Nuit est un véritable challenge. L'alternative : pas d'album publié. Très simple.

On en est à 16 % du financement.

Je vous redonne le lien pour mon Projet Libre chez Sandawe. N'hésitez pas à aller jeter un oeil et à devenir un membre actif. Et faites passer le message !

Je compte sur vous ! Ce sera un bel album !


O.

17 novembre 2015

Héra en réparation

Héra s'est faite opérer vendredi passé.
Depuis son arrivée chez nous, elle "dansait" avec son train arrière en trottinant : elle se luxait les genoux parce que ses rotules ne tenaient pas en place. Problème congénital apparemment.  Il fallait attendre qu'elle ait fini sa croissance pour décider si on l'opérait et comme elle boitait de plus en plus, malgré son enthousiasme à courir comme une fusée, elle est passée sur le billard.

Sa patte arrière droite est immobilisée pour quelques semaines, avec deux broches, une entaille pour que le ligament ne parte plus de côté et une remise sous tension de la poche synoviale.
Elle qui se promenait plusieurs kilomètres par jour avec Philippe doit se contenter de petites sorties en laisse de 5 minutes.

Après 24 heures complètement droguée, elle va bien. Elle ne comprend pas ce qui lui est arrivé et on croise les doigts pour que l'opération lui ait "réparé" sa patte. On verra plus tard pour la gauche.

 
O.

8 novembre 2015

Adieu à Zibeline

Zibeline est partie.

Hier après-midi, elle a été écrasée par la voisine en voiture. La voisine est venue m'avertir. Elle avait l'air aussi désolée que moi. 
Bordel ! On habite isolés. Il y a peut-être 5 ou 6 aller-retour de voitures en moyenne par jour ! 
Peut-être qu'elle ne roulait pas vite. Peut-être que Zibeline s'est stupidement, comme le font parfois les chats, précipitée sous la voiture. 
Il reste que 
Zibeline est partie.



Elle a eu une bonne vie chez nous. Trop courte.



Héra la chienne a eu l'air de se rendre compte de rien. Elle est venue renifler le cadavre, puis a couru après Seccotine-chatte. Seccotine, par contre, est restée là quand je creusais la tombe. Elle détestait Zibeline. Elle a longuement senti Zibeline, puis s'est écartée en soufflant. Quand j'ai posé Zibeline dans la terre, elle est venue vers moi et a poussé un unique et bref miaulement.

Pas vu Charlie, mais Charlie-chat... c'est Charlie. 

Zibeline n'a pas eu beaucoup de temps avec nous, une année. Mais elle faisait partie de la famille et c'est dur.

Elle est enterrée à côté de sa soeur, Diva. Une partie de leur histoire est dans la note du 21 octobre 2014.



Bonne route, ma belle.


O.




3 novembre 2015

Catch à bulles

J'aurais dû déjà mettre depuis 2 jours la deuxième histoire de Croquettes sur le site de Sandawe. Dans le blog de mon Projet Libre chez eux. Au fait, n'hésitez pas à y jeter un œil, j'ai besoin de votre participation !

Mais je me débats avec les bulles que je dois absolument améliorer.
Etant donné que je les ajoute après coup avec l'ordinateur, je peux encore les modifier. Mais c'est pas facile.
Ecriture à la main ? Mon écriture habituelle est maladroite.
Tour des phylactères en noir, intérieur clair ? Oui, pour des questions de lisibilité. Les tracer à la main ? Entraînement !


Nom de diou c'est pas si simple. Ca fait depuis hier que j'essaie plein de trucs.
Mais je vais arriver à quelque chose de potable.
C'est un peu comme essayer plein de chiffres pour une combinaison gagnante. J'en suis à
- écriture : OK
- forme : OK
... Yapluka arriver à l'aspect le plus lisible et en accord avec le dessin.

yapluka.


O.

25 octobre 2015

Gribouilles bâloises

Weekend en amoureux à Bâle. Profité d'une offre et d'un cadeau de ma sœur et beau-frère. Hôtel superdeluxe avec du marbre partout. MERCI !

Belle ville pleine de ruelles médiévales, de petites cours secrètes, de magasins étonnants (dont un qui fête Noël toute l'année), de super-restos (BEAUCOUP trop mangé ;o), avec une cathédrale aux gargouilles et une star sportive au petit déjeuner.

Le samedi, on l'a passé dans un sauna tout à fait étonnant dans une structure au-dessus du Rhin... avec des yourtes (d'accueil, de massage, de repos...).


Bref, de retour à l'atelier pleine de bonnes vibes !

O.

22 octobre 2015

Nouvelles d'automne

Pour changer des chats – vu mon projet en cours sur Sandawe – j’ai pris mon carnet de croquis avec moi pendant la ballade de chienne Héra. Croisé des vaches et comme elles ont BEAUCOUP d’intérêt pour la petite chienne, elles sont immédiatement venues poser pour moi.


 
Et puis Philippe a acheté une nouvelle voiture, après 10 ans de fidélité de sa Twinggg. Il a acheté d’okaz une « UP ». C’est comme ça que s’appelle le modèle récent d’une célèbre marque d’automobiles. Je n’ai pas osé lui parler de ce que je crains si ses airbags devaient se déclencher…

 

 
O.

11 octobre 2015

Des chats partout !

Bonjour à tous,

Je suis donc en plein rush Croquettes dans la Nuit.
Je vous rappelle (voir message précédent), que l'album a été lancé en financement participatif sur le site Sandawe dans les Projets Libres. J'ai besoin de vous pour atteindre le budget prévu dans les temps pour que l'album voie le jour. Merci de diffuser la nouvelle !

Ca m'a donné un sacré coup de fouet ! J'ai eu carrément des crampes d'estomac ces dernières semaines, mais là ça va un peu mieux. Evidemment, je vois et je dessine des chats partout ;o)

De tête, un croquis de nos trois chats, Charlie le traumatisé, Seccotine l'adorable teigne et Zibeline la jeune grunge.



Je vais continuer à poster ici des choses pas directement en lien avec les Croquettes, tandis que sur le blog du projet sur le site Sandawe, il y aura toutes les progressions liées au projet. Dont la nouvelle couverture, par exemple.


J'ai le cœur joyeux.


O.

1 octobre 2015

Bientôt un album ? Des crayons et un lézard.

Des nouvelles.

Je vais bientôt vous dire comment vous pouvez m’aider à publier Croquettes dans la Nuit l’ALBUM !

Ce sera via Sandawe, éditeur en financement participatif. J’ai donc besoin de vous !
En résumé : vous vous inscrivez sur leur site et vous pouvez mettre de l’argent dans les projets de bandes dessinées proposées qui vous intéressent. Selon le montant, vous aurez accès à l’album en ligne, une bande dessinée envoyée chez vous, des ex-libris en plus, des affiches, une dédicace, un dessin original, une page originale, etc. Si le projet atteint le budget défini (pour moi 17000 €  pour 2000 albums !) dans la limite de temps prévue (pour moi 6 mois), votre « sponsorage » est encaissé, l’album publié et vous recevez par la poste ce à quoi vous avez droit. Sinon, ben rien…

Avec l’équipe, je suis en train de mettre la main aux derniers détails et je dessine le chat à nouveau ;o)
Donc pour le moment, je ne suis pas encore sur leur site, mais les choses se précisent. Enfin une chance d'avoir les Croquettes en vrai album ?

Je ne sais pas encore si je vais enlever des pages des Croquettes qui sont sur mon BlogOpératoire.

En attendant, j’ai participé à un concours suisse pour les 100 ans de Caran d’Ache (fabricant de crayons et de craies grasses, notamment). Ils ont reçu plus de 1200 dessins dans 3 catégories (Jeunesse, Espoirs et Masters) et ont fait un premier tri de 550. Puis ils ont choisi 10 dessins nominés dans chaque catégorie, donc 30 en tout. J’étais nominée, mais pas lauréate… Pourtant il y avait le chat, pour une fois en couleurs ! Les autres détails - et il y en a plein ! - se rapportent à ma vie avec le dessin depuis ma jeunesse à Genève.



Je ferai mieux la prochaine fois.

Et puis je me suis fait un dessin perso. Nan ce n’est pas ma nouvelle coupe ;o)



Tout ça peut-être en prévision de ces prochains mois, où je vais dessiner en noir-blanc pour les Croquettes.

 

Je vous tiens au courant.

Et je compte sur vous.

 
Odrade

10 août 2015

Un monde sans Coyote

J'ai appris ce matin le décès de Coyote.
Je suis restée pétrifiée.

52 ans.
C'est pas possible.
Pourtant quand j'ai parcouru le net, la nouvelle s'est confirmée.

Un mec entier, sympa, sensible. Un vrai cœur d'artichaut.
Un coup de pinceau superbe, des histoires dont certains trouvent l'humour facile, mais un de mes derniers fou-rires en lisant une bd.

Putain il me manque déjà.




O.

2 août 2015

Poules académiques


Ci-dessous encore quelques dessins ramenés de notre séjour dans les Landes.

Nous avons visité le Conservatoire avicole des Landes, à côté de Magesq. Génial ! Plus de 100 sortes de poules, pigeons, canards… Avec une passionnée qui commente la visite (petit film ici).

 
 
 
 
 
 
Petit aparté sur le dessin d’après modèle. J’en fais beaucoup en vacances, ou quand je « fais des exercices ». Il faut savoir, pour ceux qui considèrent que le crayon ne sert qu’à remplir les mots croisés, que dessiner d’après nature me sert à « fixer des traits dans ma tête. Quand je n’ai pas de crayon et que je vois quelque chose d’intéressant, il m’arrive même de « dessiner » avec mon index droit dans ma paume gauche. Après, je me rappelle beaucoup plus facile comment dessiner l’objet/animal/personne/paysage en question.

Et ce qui est « fixé » devient une référence dans laquelle je peux puiser. Exemple : je dois dessiner, sans modèle, un bison. Ce que j’ai souvent dessiné et dont j’ai l’habitude (les traits particuliers sont « fixés »), ce sont les chevaux, par exemple. Mon bison ressemblera à un cheval (pattes, muscles, etc.), avec les caractéristiques « bison » dont je me rappelle. Si je reprends et corrige le dessin avec un modèle de bison (l’animal réel ou une photo), j’ajouterai des références dans ma « base de données ».

D’où l’intérêt de dessiner beaucoup de choses différentes. Surtout quand on fait de la bd. Cela permet de ne pas avoir besoin tous les 5 dessins de se lancer dans une recherche sur GougeulImages ou dans des bouquins de photos.

Les dessins des Croquettes sont très réalistes. J’ai donc besoin de temps en temps de modèles détaillés pour savoir comment bouge tel ou tel muscle de chat, à quoi ressemble une charrette avec un cheval, etc. Dans ce cas, le plus souvent, je dessine alors d’après photo un ou deux croquis, puis j’adapte à ce que j’ai vraiment en tête. Je m’accapare le sujet, je le personnalise. Il ne m’arrive quasi jamais de faire un dessin correspondant exactement au modèle photo. D’ailleurs, je pense que cela se verrait tout de suite.

Petit aparté dans l’aparté. Quand j’ai suivi des cours chez Rosinski, celui-ci avait organisé quelques séances de dessin académique avec modèles nus. Aucun de nous n’en avait l’habitude alors il y a eu quelques regards gênés au début des séances devant les attributs exposés et puis très vite le malaise s’est estompé. En fait, quand on est en mode « dessin d’après modèle », on est tellement concentré sur l’effort de traduire ce qu’on voit en traits sur du papier à travers la main et le fusain/crayon/pinceau que le modèle lui-même perd de son importance. Cela pourrait être un vase de fleurs qu’on aurait la même concentration.

 

O.

12 juillet 2015

La Baleine, la Princesse et le Héros


Deux semaines de vacances dans les Landes, au bord de l’océan.

Bonnes bouffes, visites, repos. Pas de planning, donc pas de stress. Juste parfait.

Note : si vous êtres dans la région de Soustons, ne manquez pas de visiter la réserve naturelle de l’Etang Noir. Ils ont installé une passerelle longue d’un kilomètre qui sinue dans le marais. C’est magique. On y est allés à 6h du matin et l’eau fumait, avec à peine un souffle de brise. Avant d’arriver à l’étang, on traverse une végétation incroyable, avec l’impression de marcher dans une serre. Il y avait même des papyrus. Ceux qui ont construit la passerelle ont fait un boulot incroyable. On surplombe le sol fangeux ou les flaques sombres, on passe entre les branches couvertes de lichens…
Vraiment un souvenir inoubliable.

Et la plage, bien sûr. À cause de la violence des vagues, il n’y a eu que 2 fois qu’on a vraiment pu nager. Parfois, l’essoreuse commençait directement au bord. À peine un pied dans le ressac on se ramassait une masse d’eau qui nous mixait tous les membres et m’a fait craindre une fois de devoir subir la honte suprême : regagner son linge cul-nu.

Pas étonnant le nombre de genoux, coudes et poignets bandés qu’on croisait au moment de l’apéro.

Mais j’ai survécu sans trop de séquelles et je me remets au boulot à l’atelier. Un dessin pour un concours à faire et ensuite, page 2 des Croquettes 11.

Tite gribouille. (comme d'hab, le plus facile, pour lire, c'est clic droit sur l'image, ouvrir dans un nouvelle fenêtre, puis cliquer sur l'image pour agrandir)




 

O.

7 juin 2015

Princess Royal of Fantasy


 Une femme écrivain que j’aimais beaucoup est décédée.

Tanith Lee.

Je suis triste parce que j’espérais toujours qu’elle écrive une suite à The Blood Opéra Sequence, trois romans étranges et sanglants. Je ne sais pas s’ils ont été traduits en français.

 

Je suis en train de relire le premier tome du Dit de la Terre Plate (Tales from the Flat Earth), comme a été nommée par la suite sa série de livres se passant à une époque « où la terre était plate et flottait sur un océan de chaos ».

Il a été écrit en 1978 et pourtant je suis à nouveau happée par ses images. A la base, ce sont en fait des contes pour adultes, des mythes violents et sensuels, sombres et flamboyants. Tanith Lee a une écriture extrêmement visuelle. Je plonge dans son monde comme je plonge aussi dans le monde de Dune, régulièrement. De plus, ses personnages sont fascinants et uniques.

 

J’apprends beaucoup en lisant sa biographie sur Wiki. Je vois qu’il y a beaucoup de livres qui n’ont pas été traduits en français, ni en néerlandais (la langue dans laquelle j’ai presque tout découvert et lu). Ca me remonte un peu le moral : encore des choses à découvrir !

 

Tout en re-dévorant Le Maître de la Nuit, je me rappelle que mes histoires doivent beaucoup à Tanith Lee. Deux scénarios dans mes tiroirs : Suja (Les Brasovi) et La Cage d’Emeraude (voir dans les pages « BD » de mon site), sont directement inspirés par ses écrits.

En fait, même Visions dans l’Oasis – la bande dessinée qui m’a ouvert les portes de mon premier éditeur - est imprégnée de démonologie tanithienne.

 

C’est elle qui a donné un cadre à mon sentiment de tragédie et absurdité de la vie. Son romantisme noir (non ! le romantisme ce ne sont pas des petites fleurs et des poneys roses recouverts de rubans !) a trouvé une résonance profonde en moi. Ado/adulte, empêtrée dans mes émotions, j’essayais de me comporter en Eshva, de savourer chaque sentiment jusqu’à la lie, puis de m’en défaire pour passer à autre chose. Je me suis bien rendue compte que je n’étais pas vraiment capable de vivre ainsi, mais ça m’a servi de solution de survie à une époque.

 

Merci. Merci profondément Tanith. Vous m’avez offert mon premier cheval de brume.

 

 

O.

3 juin 2015

Gribouilles


Bientôt fini la première page des Croquettes 11.

 

En attendant, je vous mets quelques croquis rapides. Toujours ces exercices pour me « faire la main ». Je laisse courir le crayon.

 

 

 

O.

5 mai 2015

On the Croquettes again


Voilà,

C’est reparti - après une petite peinture à l’huile (en couleurs !) - pour les Croquettes No 11.

 

Comme d’habitude, j’ai fait un grossier storyboard d’après le scénario et… je me suis plantée ! Ca faisait longtemps !

 

Je procède ainsi : je lis le texte et je divise les scènes en pages. En l’occurrence, pour les Croquettes, 4 pages. Et j’arrive en bas de la page 4 et… il me manque une scène (et demie). Une scène qui prendrait 2 lignes, en tout cas.

GRRRRRRRRRRRRR

Je réfléchis : est-elle essentielle ? En fait, non, pas vraiment à ces onzièmes Croquettes. Par contre, pour faire une continuité par rapport aux autres histoires de Croquettes, oui ! Et pour la même raison, impossible de faire une histoire en 5 pages.

 

Donc je remanie tout. Comme j’avais fait large, j’ai pu mettre 2 cases en une et d’autres modifications. Et j’arrive à 1 page pour la dernière scène, qui le mérite bien.

 

Quelques croquis pour me « faire » la main. Des lignes qui deviennent (souvent) des personnages.


 

Et c’est reparti, donc !

 

 

O.

14 avril 2015

Croquettes premières - nouvelle version

Comme expliqué dans la note du 19 février, j'ai re-dessiné la première histoire de Croquettes, qui a presque 10 ans.

Je crois, en fait, que je n'ai jamais mis la première version sur le site... Pour ceux qui ne l'auraient jamais lue, qui n'auraient pas la bd-cahier collector vendue au festival BD-Fil de Lausanne ou le fanzine Halbran No 13 de Roosevelt : cette histoire est parue en janvier 2007 dans ce fanzine suite à l'offre de ce grand dessinateur lausannois de m'y octroyer 4 pages. Encore merci à lui. C'est parce que je devais faire une histoire en noir et blanc que j'ai dessiné les Croquettes, sans m'imaginer qu'il y aurait une suite aux aventures de ce chat.

 

 




Je vais faire un dessin en couleur entre deux, puis commencer à mettre en images le scénario des Croquettes No 11, qui complétera ainsi l'album planifié chez Sandawe.


O.

31 mars 2015

Little Odrade in Slumberland


Je viens de voir un film d’Arte passionnant sur les « rêves lucides ».
 
Une image rapportée d'un rêve "normal"

Ça m’a donné très envie de faire une note sur ma relation aux rêves. Mais au moment où je me lance, j’hésite. C’est quand même très très personnel.
Lancer ça sur le net… ?


A l’âge de 10-12 ans, j’ai commencé à jouer avec mes perceptions.
Je me rappelle.
Couchée sur le dos dans le noir, avant de m’endormir. J’ai les bras légèrement écartés du corps, les jambes qui ne se touchent pas. J’ai les yeux fermés. Comme on éteint des lampes, je soustrais mes sensations physiques les unes après les autres. Le toucher du drap, du matelas. La gravité devient une force centrifuge.
Je vois… un sol pavé tout près de mon visage. Je plane horizontalement au-dessus du sol. Je m’élève à reculons. Je vois la fontaine rectangulaire en pierre massive, la place du village, le village (en pierre blonde, plutôt méditerranéen), les champs et les routes environnants… Toujours plus haut. Je commence à percevoir sur l’horizon la courbure du sol. Et enfin la terre devient ronde. Je passe parfois à côté de la lune, toujours plus loin. Jusqu’à ce que je sois suspendue dans l’espace, immobile et en apesanteur. Je reste là un petit moment, et puis j’entame le retour. Je fonce à toute vitesse, et pourtant je m’arrête facilement, suspendue au-dessus du sol de la place du village, les pavés juste devant mon nez.

Et c’est là qu’il se passe quelque chose de bizarre.

Les pavés disparaissent et je me trouve dans un endroit sombre à la fois immense et dont la paroi se trouve à quelques millimètres de mon visage. J’ai en même temps une l’impression d’oppression et de vertige. Ce n’est pas du tout angoissant. C’est très difficile à décrire. Je suis très grande et dans la peau d’un chat.
Je me suis demandée, des années après, si ce n’est pas le sentiment que le fœtus a dans le ventre de sa mère.

Puis je passe… ailleurs.

Et à partir de là, je me mets à faire mon « rêve éveillé ».
Ce sont des rêves semi-dirigés, avec des aventures que je note souvent au retour. Avec des choses récurrentes. Un cheval volant (ne pas oublier que j’ai 10-12 ans quand je commence), des loups parfois, un endroit idyllique où je vais souvent avec une cascade et des rives moussues… Ca m’arrive de juste me promener. D’autres fois, j’ai des choses plus ou moins étranges qui m’arrivent. Bref, j'adore, je m'amuse.
Je mettrai peut-être un ou deux récits dans des prochaines notes. Si je n'efface pas cette note avant.

Si vous avez regardé le film d’Arte, vous avez dû conclure comme moi que mes « rêves éveillés » ne sont pas des rêves lucides. Ils en sont proches pourtant par ce que j’en retire, de l’inspiration, un sentiment d’avoir vécu des choses extraordinaires.

Ces voyages se sont espacés autour de mes 25 ans, avec un « truc » qui avait pollué mon monde onirique, pourrissant l’eau de ma cascade, etc. Je retournais parfois y jeter un œil. Les dernières fois les choses s’y sont arrangées. Quand j'y pense, ça doit faire un moment que je n'y ai pas été. Mais je sens que je peux me reconnecter sans problème à Death's Radio comme Greg Bear le dit si bien dans l’Infinity Concerto (à lire !). Petite parenthèse : j'adore cet auteur, mais je ne sais pas si sa bilogie (?) a été traduite en français. Son expression m'est restée, en tout cas.

Quant aux rêves lucides, si j’ai bien compris la définition donnée dans le film, les rêveurs s’endorment, puis se mettent à rêver et interviennent dans leur rêve de manière « consciente ». Ce genre de chose m’est arrivé rarement et surtout pour faire que mon rêve finisse bien et ne tourne pas au cauchemar.

Et puis il y a les rêves « normaux ». J’adore. Je me couche comme on va au cinéma en espérant qu’il y ait un bon spectacle.
 
Une image rapportée d'un rêve "normal" où je m'élance d'un toit pour voler. J'adore ce genre de rêve. Ca m'est arrivé au matin de bouger les bras pour voir si ça ne marchait pas ici. Décevant.
 
Parfois je me dis au milieu du rêve que ça doit être un rêve et j’essaie de me réveiller. Parfois ça marche. Mais je me rappelle aussi la fois où le ciel nocturne montrait des constellations inconnues et une sorte de toile lumineuse et qu’on est tous sortis dans les rues et qu’on ne comprenait pas ce qui se passait. Vaisseaux spatiaux et invasion ? Manifestations de perturbations de l’univers ? J’essayais de me réveiller, mais rien à faire, c’était réel. Tout était en train de changer. C’est le genre de rêve qui, le matin, me laissent épuisée et la tête dans le q.

Et de là je reviens à mes « rêves éveillés ». Voici ce que j’avais découvert à 10-12 ans : les souvenirs que j’avais de mes escapades oniriques étaient d’une qualité similaire à mes souvenirs d’évènements réels. Tous mes sens étaient sollicités. La seule différence était : je savais que c’était des rêves. Et si j’avais décidé d’abolir cette barrière ?

J’estime maintenant que je n’ai pas de souci à me faire. Les deux mondes sont compatibles. Je ne vais pas abandonner mes rêves. J’y perdrais une telle richesse en sensations, en expériences, en images.
La seule chose que je regrette toujours, c’est que je ne peux y emmener personne pour lui montrer.

Alors je dessine.

 
O.
 
 
Un rêve "normal" wtf où des Alices se battent contre des ninjas... Note : elles ont des jupes bleu clair. Je rêve en couleurs.

6 mars 2015

Croquis remake Croquettes No1B


Petit croquis de la troisième page du remake des premières Croquettes. Le lion "final" a une crinière beaucoup plus fournie, je remarque ;o)

 

Je profite pour expliquer un peu comment je travaille.
Je fais très souvent le croquis au crayon sur une page indépendante. Surtout pour une position aussi difficile. J’ai une sacrée documentation-photo, mais mes croquis sont généralement une synthèse de celles-ci. De toute façon, on trouve rarement LA position qui correspond à ce qu'on a en tête. J’observe beaucoup, et puis je fais le dessin à main levée.
Mes études véto m’aident à comprendre « théoriquement » comment fonctionnent les corps des animaux, aussi, mais les photos me sont utiles pour comprendre l’apparence qu’ont les muscles dans telle ou telle position, par exemple. C’est absolument nécessaire si je veux aller jusqu’au bout de mon style réaliste.

Ensuite je scanne le croquis.

Je corrige éventuellement des détails, genre raccourcir une patte ou déplacer un œil, et puis je cadre aux dimensions de la case. J’imprime. Plusieurs croquis par page pour économiser le papier.
 
En transparence, je délimite au verso les lignes à tracer et je les passe au crayon blanc. Puis je reporte celles-ci en appuyant au stylo, comme je ferais avec un papier carbone, sur la page noire.

Et arrive le moment où je dessine vraiment la case, à partir du croquis reporté sommairement. D’abord au crayon blanc, puis un peu à la gouache blanche.

Voilà.

 

O.

26 février 2015

Gribouille - Eau piégée

Petite mésaventure de l'autre jour :



Ouaaah il fait bô !!!

Le premier jour où je pourrais lézarder avec tite chienne Héra dehors au soleil. C'est terriblement tentant, mais j'ai du boulot. Donc je suis dans mon atelier-terrier à bosser sur le remake des premières Croquettes. Bientôt la page 3.

Vous pourrez chercher les différences entre les 2 versions. Ce qui est sûr, c'est que c'est une expérience intéressante : je n'ai jamais re-dessiné une histoire. Chaque page, chaque case, je me  pose la question "comment la faire mieux ?" Je ne suis pas certaine d'y arriver pour certaines cases. Parfois le jeté de la première fois est juste mieux. Je trouve le chat en tout cas moins figé. A vous de juger.

Demain pas de dessin. On part 2 jours dans le Jura profond, vers Le Locle, chez des amis. Marion est artiste. Je vous mets son site en lien.


O.

19 février 2015

Hop, de retour !

Enfin des nouvelles après Angoulême.

 

Au retour, c’est d’abord la grippe qui m’a clouée au lit. Ca m’a pris un temps fou pour récupérer. Mais bon j’étais déjà contente d’avoir repoussé les assauts des virus jusqu’après le festival. Surtout que j’étais cernée de gens atteints. C’était Walking Flu partout !

Les chats étaient contents d'avoir quelqu'un au lit et participaient joyeusement à mon inertie.





Le festival, d’ailleurs, était bien sympa. D’abord pour retrouver les compaings. Et puis pour un bon départ de projet. J’avais contacté Sandawe avant d’y aller et en fait, c’est bon, ils prennent les Croquettes sur leur site.

Pour ceux qui ne connaissent pas : Sandawe est un éditeur qui fonctionne avec le système de crowdfunding. Les projets sont mis sur le site, avec un budget à atteindre. Ce sont ensuite les visiteurs du site, les édinautes, qui décident, si tel ou tel projet leur plaît, d’investir dedans. Leur mise va de 10 € à 1000 € selon les projets et leur mise leur donne droit à diverses choses. Pour 10 € par exemple, ils peuvent avoir la bd en numérique, pour 20 € ils reçoivent l’album imprimé chez eux, pour 30 € la bd dédicacée… pour 500 € la bd plus une planche originale, etc. etc. Je donne des exemples mais les choses auxquelles ils ont droit selon leurs investissements varient selon les projets. Tout est clairement expliqué sur leur site.

Si, dans un délai donné, un projet n’atteint pas le budget fixé, il est abandonné et les édinautes qui ont investi sont remboursés.

Sandawe a 5 ans et on dirait que ça fonctionne. J’avoue que cela fait un moment que je les observe et que je suis en contact avec un auteur que je connais qui a sorti des albums chez eux.

En bref, donc : j’ai signé, mais ce n’est pas encore garanti que les Croquettes soient publiées.

En tout cas, je donnerai des nouvelles sur mon blog quand les choses sérieuses vont commencer.

En attendant, je fais un remake du premier épisode des Croquettes, qui a quand même presque 10 ans, pour le mettre au niveau du reste. Chronologiquement et pour des raisons de sens global de l’histoire, elle sera la première qui apparaîtra sur le site et je veux qu’elle attire l’œil.

Pour revenir à Angoulême, il y avait quand même une drôle d’ambiance. Les morts de Charlie Hebdo planaient au coin de chaque rue, au-dessus de chaque patrouille d’hommes en noir et armés qui patrouillaient ou étaient postés un peu partout. Une lourdeur pâteuse qui plombait l’ambiance habituellement pétillante et festive.

Niveau expositions, Il y avait deux expos Tanigushi au CNBDI, une très belle sur un carnet de voyage à Venise (waaah les aquarelles !) et une très complète sur toute son œuvre, mais composée quasi seulement par des accrochages avec quelques texte explicatifs. Comme il a fait dans les 15'000 pages dans sa carrière, il y avait BEAUCOUP de planches et de dessins au mur. Et pour finir, ça faisait TROP. Surtout que la scénographie était sobre et pas vraiment passionnante. Ah où sont les expos de folie scénographiées par Marc-Antoine Mathieu !?



Les Moomins (bd suédoise) étaient mignons, d’autant plus qu’il y avait un grand Moomin qui se baladait dans le musée.

Alex Barbier… Ben toujours aussi fou. A noter les 4 personnes qui attendaient devant moi et les 15 minutes d’attente que les policiers ont imposées avec leur fouille minutieuse.

« Politiquement », j’ai assisté aux premiers EtatsGénéraux de la bd et c’était très instructif et intéressant. Vous trouverez l’enregistrement complet de la réunion ici. On dirait qu’enfin il va y avoir une analyse approfondie de la situation sociale, financière etc. des auteurs et c’est une bonne chose. Cela concernera aussi les auteurs hors-France. A suivre.

Dans le même mouvement, j’ai participé à la Marche desAuteurs. Solidarité avec eux. C’était timide et hésitant (on n’a vraiment pas l’habitude de se battre pour nos droits !), mais nous étions tout de même 500 auteurs à marcher ensemble. A suivre aussi.

Voici voilà. Surtout continuez à suivre le blog, j’espère vous donner bientôt des nouvelles concernant les Croquettes !

 

O.