14 juin 2014

4 juin 2014

3 juin 2014

Pages 1-11 du Taureau Rouge



Bon, il paraît que sur le site BD-Fil, on ne peut pas bien lire les textes.

Je mets donc l’histoire que j’ai pondue pendant les 24 Heures de la BD (voir mon message précédent) ici.



Une moitié aujourd’hui, une autre demain.



En scannant, j’ai un peu les mêmes émotions que durant cet évènement qui remontent. Un stress pas possible qui s’installe. Une envie, un besoin de faire au plus efficace.



Je me force à me calmer.

Je regarde de nouveau mes dessins. Pfff, pas terribles. Mais au moins l’histoire est lisible et compréhensible.



Et c’est ça en fait le but.

Revenir à la base : je veux raconter une histoire. Avec des dessins et des bulles.

Point.



Pas de fioritures, pas de décorations, d’esthétique. Que des traits qui veulent dire quelque chose, faire comprendre quelque chose au lecteur.



C’est pour ça que c’est tellement dur pour quelqu’un qui débute en dessin. Pour quelqu’un qui n’a pas un minimum d’aisance à s’exprimer par ce medium.

C’est comme si on demandait à un presqu’analphabète d’écrire une histoire ou une lettre. Il va perdre du temps à trouver ses mots. Et du temps, justement, on n’en avait pas.

Moi je crois que je ne suis plus une « analphabète du dessin », mais il y a plein de fôtes d’ortograf dedans.

Je suis déjà contente qu’on comprenne ce que j’ai voulu dire ;o)


Ah oui et pour rappel : la couverture, puis le dessin de fin ont été faits en tout dernier, très rapidement à main levée.

 




O.

 PS : clic droit sur l'image --> ça s'ouvre dans une nouvelle fenêtre, puis clic gauche pour agrandir.